Une réplique de Zeppelin 4

A l’occasion du 100e anniversaire de l’atterrissage du Zeppelin Z-IV en avril 1913 à Lunéville,
une maquette du Zeppelin Z-IV en tôle à monter .
Serie limitée sur souscription.

L’aventure du Zeppelin Z -IV.
Le 3 avril 1913, le zeppelin Z ¬IV, ayant à bord des pilotes et mécaniciens civils et une commission officielle de réception (Militärische Abnahme Kommission), en tout 12 personnes, quittait son hangar de Friedrichshafen (sur le lac de Constance en Al¬lemagne) à 6 heures du matin.
Il devait gagner Metz, son port d’attache définitif.
Au passage de la Forêt Noire, le dirigeable, contrarié par un fort vent d’est et par un brouillard de plus en plus dense, perdit son orientation : sans s’en apercevoir, il dériva fortement à l’ouest et se trouva entraîné en territoire français. À 1 heure de l’après-¬midi, le pilote, se rendant compte qu’il était en France et que son passage avait été aperçu, décida d’atterrir pour éviter toute interprétation fâcheuse de sa malencontreuse randonnée.
À 1 h 30, le dirigeable prenait terre sur le champ de mars à Lunéville. Des cavaliers du 17e chasseurs y manœuvraient au même moment : circonstance heureuse qui permit d’organiser un service d’ordre et de protéger le navire aérien contre l’hostilité de la foule et les sautes du vent. Malgré des avaries assez sérieuses et réparées à la hâte, le dirigeable, regonflé grâce à un wagon de tubes d’hydrogène envoyé d’urgence de Constance, reprenait le lendemain la route de Metz.
L’aventure du dirigeable allemand, qui a provoqué en France une légitime émotion, est aujourd’hui, grâce aux récits des quotidiens, connue dans tous ses détails. Cet événement, sans précédent dans les annales de l’aéronautique militaire, a permis de publier de belles séries de photographies qui constituent un ensemble de documents techniques de la plus haute valeur et nous permet aujourd’hui de vous proposer cette reproduction fidèle dans ses proportions et équipements au vaisseau original.
Le Z IV est le 16e des dirigeables construits à Friedrichshafen. C’est un ballon de 21000 m3, long de 148 mètres et mesurant 14 m 50 de diamètre. Sa carcasse est rigide et bien visible sur cette maquette. Il atteint une vitesse de 80 kilomètres à l’heure. L’hydrogène y était emmagasiné dans une série de 16 ballonnets indépendants entre lesquels s’inter¬calaient des poches à eau que l’on pouvait vider et qui constituaient le lest. Le Zeppelin IV possédait deux nacelles. Celle à l’avant abritait un moteur de 160 chevaux commandant deux hélices à 4 pales. La nacelle de l’arrière portait deux moteurs de 160 chevaux chacun qui actionnaient deux autres hélices. Il disposait donc d’une force ascensionnelle qui lui permettait d’emporter un personnel nombreux, de fortes réserves d’huile et d’essence, et un armement spécial (mitrailleuse et bombes) qui faisait de ce ballon à grand rayon d’action un engin de guerre redoutable.

Joint à cette maquette, vous bénéficiez de l’ouvrage de référence de Guy Lejaille, Zeppelin IV une visite historique.
Ce livre retrace avec une précision méticuleuse les différentes étapes de cette extraordinaire épopée.
Le récit palpitant, de 120 pages, se complète de plus de 50 pages présentant une iconographie remarquable : cartes postales, photographies, témoignages…

Coordonnées

6po - 23 rue Claudot - 54000 Nancy